Hémovigilance

Hémovigilance

 

Chaque transfusion fait l’objet d’une surveillance attentive et spécifique.

Toute réaction imprévue est signalée et analysée par le réseau d’hémovigilance de l’hôpital qui comporte, autour du médecin-hémovigilant de l’IMM et du médecin responsable du dépôt de sang, un correspondant de chaque département clinique.

Ces médecins, épaulés par des responsables de la direction, du laboratoire, de l’encadrement et des qualiticiens, constituent le comité de sécurité transfusionnelle et d’hémovigilance (CSTH) qui se réunit régulièrement pour veiller à la qualité de la transfusion, proposer des améliorations, élaborer les protocoles, et veiller à l’application des textes réglementaires relatifs à la transfusion.

Tout effet indésirable est communiqué aux instances de l’Etablissement Français du Sang (EFS) sous forme d’une fiche d’évènement indésirable pour le receveur (FEIR).

C’est le médecin-hémovigilant de l’IMM qui vous adressera, après votre sortie de l’hôpital, le courrier confirmant votre transfusion, la nature et la quantité des produits transfusés, et l’ordonnance pour réaliser les examens sanguins post transfusionnels.

 

La transfusion sanguine

 

Malgré les moyens mis en œuvre pour épargner les pertes sanguines, la réalisation d’une intervention chirurgicale nécessite parfois la transfusion de produits sanguins.

Il est possible que la décision de vous transfuser soit prise alors que vous soyez sous anesthésie. En conséquence, cette information est assez largement diffusée en préopératoire, mais le fait qu’elle vous soit communiquée ne signifie pas nécessairement que vous recevrez une transfusion.

Si une solution alternative à la transfusion « homologue » (= vous recevez le sang d’un donneur bénévole et anonyme) est envisageable, telle que la transfusion « autologue » (votre propre sang est prélevé et mis en réserve pour vous), une information particulière vous sera délivrée.

Nous vous invitons à poser au médecin qui vous informera toute question sur ce sujet que vous jugeriez utile, en particulier lors de la consultation d’anesthésie.

 

Ce qu’il est important de savoir

 

A quoi sert une transfusion sanguine, et quels en sont les principaux risques ?

La transfusion est un traitement qui peut être nécessaire en cas de manque de globules rouges, de plaquettes, de facteurs de coagulation.

Pour corriger chacun de ces déficits, il existe des produits spécifiques.

Comme tout traitement, la transfusion comporte des avantages et des inconvénients.

Elle ne sera donc envisagée par votre médecin que lorsqu’il la considérera absolument nécessaire, et que ses bénéfices attendus pour votre santé seront nettement supérieurs aux risques encourus.

Les inconvénients sont rares, et le plus souvent sans gravité : urticaire, réaction fébrile.

Les précautions prises permettent de rendre exceptionnels les risques plus importants, notamment ceux liés aux très nombreux groupes sanguins (problèmes de compatibilité), à la transmission de bactéries ou de virus, notamment ceux responsables des hépatites et du sida.

 

Quelle surveillance en cas de transfusion ?

Les examens pré transfusionnels

Le grand nombre de groupes sanguins différents d’une personne à l’autre impose de réaliser des examens obligatoires pour bien sélectionner les produits qui vous seront administrés, et assurer la sécurité de la transfusion : deux déterminations de groupes ABO et Rhésus, et une recherche d’anticorps (« agglutinines irrégulières ») dirigés contre d’autres groupes sanguins.
Une ultime vérification sera effectuée à votre chevet en cas de transfusion de globules rouges.

Afin d’assurer à la transfusion une sécurité optimale, nous disposons en plus d’un logiciel informatique  de vérification de la compatibilité des produits sanguins attribués. Ceci nécessite actuellement que les examens soient réalisés dans notre laboratoire, et explique que nous ne pouvons prendre en compte des résultats ou documents réalisés antérieurement dans d’autres laboratoires ou hôpitaux.

 

Les examens post transfusionnels

La recherche systématique de la trace de virus après une transfusion n’est plus recommandée.
En revanche, la recherche d’anticorps à distance de la transfusion est très importante, afin d’assurer la sécurité d’une éventuelle transfusion dans le futur.

C’est pourquoi, en cas de transfusion dans notre établissement, vous recevrez à votre domicile, après votre hospitalisation, un courrier récapitulant les produits sanguins reçus, qu’il faudra conserver et communiquer à votre médecin, ainsi qu’une ordonnance pour faire un prélèvement sanguin dans le laboratoire de votre choix. Ceci permettra de vérifier l’absence d’anticorps apparu à la suite de la transfusion, qui rendrait dangereuse une transfusion ultérieure.

 

Pour en savoir plus

 

Les produits et leurs indications

Les produits sanguins regroupés sous le terme de « produits sanguins labiles »  proviennent du don de sang de donneurs bénévoles.

Ils sont rigoureusement contrôlés et répondent à des normes obligatoires de sécurité et de qualité : sélection des donneurs, tests de dépistage sur chaque don, règles pour assurer la qualité sur toute la chaîne, depuis le donneur jusqu’au receveur.

Les globules rouges ont pour fonction le transport de l’oxygène vers les tissus.

Leur transfusion est nécessaire en cas d’anémie importante et/ou de signes de mauvaise tolérance de celle-ci, dans le but d’éviter des complications, notamment cardiaques.

Le plasma contient les facteurs permettant la coagulation du sang.

Sa transfusion est nécessaire lorsque le taux de ces facteurs dans le sang est trop bas, dans le but de prévenir une hémorragie ou d’en faciliter l’arrêt.

Les plaquettes sont indispensables à la formation d’un caillot.

Elles sont transfusées si leur nombre est très insuffisant, dans le but de prévenir une hémorragie ou d’en faciliter l’arrêt.

 

Les produits sanguins regroupés sous le terme de « produits sanguins stables » ou « médicaments dérivés du sang » sont fabriqués industriellement à partir du sang ou du plasma humain. Il s’agit d’albumine ou de facteurs de la coagulation, qui sont prescrits pour corriger un déficit.

Ils sont assimilés à des médicaments, et leur fabrication obéit ainsi aux mêmes critères très stricts de qualité, de sécurité et d’efficacité que tout autre médicament.

 

Les risques connus de la transfusion

Comme tout traitement, la transfusion sanguine comporte de nombreux  risques, heureusement rares et le plus souvent sans gravité.

∙ Des réactions bénignes, sans conséquence, peuvent survenir pendant ou après une transfusion, comme de l’urticaire, des frissons, de la fièvre sans cause infectieuse.

∙ Un œdème pulmonaire peut être la conséquence d’une transfusion sanguine, risquant de compromettre la respiration et d’imposer un traitement en soins intensifs

∙ Des complications potentiellement graves, voire mortelles, peuvent survenir en cas de transfusion dite incompatible. Ces risques sont liés à l’existence de très nombreux groupes sanguins, et il est impératif de s’assurer que le sang qui vous est transfusé vous convient bien. Il faut bien sûr respecter la compatibilité dans les groupes ABO et Rhésus, mais il existe aussi de nombreux autres groupes sanguins contre lesquels vous avez pu développer des anticorps.

Ceci justifie les examens pré et post transfusionnels mentionnés plus haut, ainsi qu’une vérification supplémentaire de votre identité et de votre groupe sanguin immédiatement avant la transfusion.

Des complications infectieuses, possiblement graves, dues à la présence de bactéries ou de virus dans les poches de produits sanguins.

Il faut cependant noter que les risques de contamination par les virus les plus dangereux sont devenus extrêmement réduits, suite à la sélection rigoureuse des donneurs, et à la nette amélioration du dépistage : 1 infection par le virus de l’hépatite B pour 1,5 million de transfusions, 1 infection par le virus de l’hépatite C pour 10 millions de transfusions, 1 infection par le virus du sida pour 3 millions de transfusions.

 

Les dangers inconnus de la transfusion

Comme on ne peut exclure des dangers encore inconnus à l’heure actuelle, des mesures strictes de prévention sont prises dans la sélection des donneurs de sang, notamment l’exclusion des personnes antérieurement transfusées, et dans la préparation des produits.

La surveillance nationale des incidents de la transfusion mise en place depuis 1994 (réseau  national d’hémovigilance) a aussi pour but de détecter le plus précocement possible de tels risques.

 

 

image_pdfimage_print
© IMM 2014 Oeuvre sociale de | Site réalisé par ATC | Admin
WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann